juillet 2008

Les enfants d’âge préscolaire (moins de 5 ans) sont particulièrement susceptibles aux blessures mortelles liées au milieu agricole. Les causes de mortalités les plus fréquentes sont l’écrasement de spectateurs, la noyade ou l’écrasement de passagers. Presque la moitié des écrasements chez ce groupe d’âge, soit 40,4%, ont entraîné la mort de l’enfant.

Les accidents reliés aux animaux, à l’enchevêtrement, aux chutes depuis une hauteur, aux écrasements et à l’exposition aux produits toxiques sont les causes les plus courantes nécessitant une hospitalisation chez ce groupe d’âge. Les enchevêtrements causent souvent des blessures sérieuses et permanentes qui mènent à l’incapacité, par exemple, une amputation.

Les enfants d’âge préscolaire représentent environ 5,4% de la population agricole au Canada (2001). Entre 1990 et 2004, 97 enfants (5,8% de toutes les mortalités) de moins de cinq ans ont subi des blessures mortelles liées au milieu agricole. D’avril 1990 à mars 2000, 471 autres enfants d’âge préscolaire ont été hospitalisés et traités pour des blessures liées au milieu agricole (3,1% de toutes les hospitalisations). Ce groupe d’âge représente 46,4% des mortalités reliées au milieu agricole et 25% des hospitalisations chez les enfants de moins de quinze ans.

Afin de réduire le nombre de mortalités et de blessures nécessitant une hospitalisation chez les enfants d’âge préscolaire, il faut les tenir à l’écart du milieu de travail agricole et des plans d’eau dangereux. Les jeunes enfants ne doivent pas jouer à proximité de machines agricoles en marche ou de monter à bord de tracteurs ou d’autre machinerie agricole comme passagers.

Il est indispensable qu’un adulte surveille de près et en tout temps un enfant d’âge préscolaire. Un adulte qui effectue une tâche agricole ne peut surveiller adéquatement un enfant sur le lieu de travail.

Mme Louise Hagel, collaboratrice du Surveillance des blessures dans le secteur agricole au Canada indique que « les enfants, surtout en bas âge, doivent être tenus à l’écart du milieu de travail agricole puisqu’ils n’ont pas la capacité de comprendre les dangers qui les entourent. Il y aurait moins de blessures chez les jeunes enfants si on leur fournissait une aire de jeu sécuritaire et si l’on clôturait les plans d’eau et les lieux de travail dangereux.»

Ces renseignements sont tirés de données recueillies et analysées par les collaborateurs et le personnel du Surveillance des blessures dans le secteur agricole au Canada . Le SBAC est financé par Agriculture et Agroalimentaire Canada par l’entremise de l’Association canadienne de sécurité agricole.

Traduit avec la participation de la SCA Canada.

L’information de contact:

Surveillance des blessures dans le secteur agricole au Canada
Department of Emergency Medicine, Queen’s University
Kingston, Ontario K7L 2V7
(613) 548-2389 (téléphone)
(613) 548-1381 (télécopie)
CAIR@kgh.kari.net www.CAIR.ca