La troisième ronde de demandes de financement au titre du fonds AgriRetour aide quatre agriculteurs blessés au Canada

Le 9 mai 2016, Winnipeg MB – L’Association canadienne de sécurité agricole (ACSA), en partenariat avec Financement agricole Canada (FAC) et la Fondation Rick Hansen (FRH), a le plaisir d’annoncer que quatre agriculteurs ayant subi une blessure traumatique ont obtenu du financement au titre du programme AgriRetour.

« En travaillant en partenariat avec FAC et la FRH, nous avons cerné une lacune », déclare Marcel Hacault, directeur général de l’ACSA. « Les agriculteurs blessés éprouvaient des difficultés parce qu’il n’y avait pas d’aide pour la technologie adaptative. C’est là la grande valeur d’AgriRetour. »

Trois agriculteurs de la Saskatchewan et un agriculteur de l’Ontario ont reçu des fonds pour les aider à retourner à ce qu’ils aiment – l’exploitation agricole. Les bénéficiaires ont reçu jusqu’à concurrence de 10 000 $ pour contribuer à l’achat de la technologie adaptative comme les systèmes de manipulation des bovins, un système de manutention des grains et un fauteuil roulant élévateur.

« Les employés de FAC font partie de plusieurs communautés rurales, donc nous savons l’importance de donner un coup de main après qu’un accident à la ferme a entraîné une blessure grave », indique Sophie Perreault, vice-présidente administrative et directrice de l’exploitation de FAC. « Il n’y a rien de plus beau que de voir le retour de quelqu’un à la suite d’une blessure pour mener une vie épanouie et productive dans le secteur que nous aimons et appuyons. »

Barry Cloutier, un agriculteur qui habite près de Ponteix, en Saskatchewan, est un agriculteur que le programme AgriRetour a aidé.

En octobre 2014, M. Cloutier faisait fonctionner une presse à foin ronde quand une difficulté s’est présentée. « La ficelle s’est arrachée », a-t-il expliqué. « Pour voir où le problème se trouvait, j’ai dû laisser la presse à foin en marche. » À ce moment il a remarqué l’accumulation de menue paille et de paillette. « J’ai vécu deux incendies de presse à foin, donc je suis pas mal prudent quand il s’agit d’un excédent de menue paille et de paillette. J’ai étendu le bras pour enlever l’obstruction – je ne pensais pas à cet instant, et c’est le moment où mes doigts sont entrés en contact avec le rouleau de chaîne », a dit M. Cloutier. « Je savais mieux, mais l’heure du souper était proche et je voulais terminer mon travail en 15 minutes. »

Barry Cloutier avait perdu des parties de son index et son majeur à la main droite. Il a immédiatement composé le 911. Après une certaine confusion initiale concernant son emplacement exact, les ambulanciers paramédicaux l’ont trouvé, et l’ambulance l’a transporté d’urgence à l’hôpital à Swift Current.

Après une nuit à Swift Current et une chirurgie de jour à Regina, M. Cloutier est retourné à la ferme. « J’ai dû faire nettoyer et panser ma main tous les jours à l’hôpital local. J’ai dû conduire aussi à Regina pendant une période pour un programme de rééducation de la main », a-t-il ajouté. « La physiothérapeute m’a dit qu’elle pouvait constater que j’étais tenace et que j’allais faire des efforts pour manipuler la main et les doigts jusqu’au point où je pouvais faire un poing. Et je l’ai fait. »

Même avec sa blessure, Barry Cloutier n’a pas ralenti à la ferme. « Je ne veux rien faire d’autre », explique-t-il. « J’ai le coeur ici. Cela me définit; c’est qui je suis, et c’est ce que je fais. »

Néanmoins, la blessure de M. Cloutier a nui à sa capacité d’accomplir ses tâches à la ferme. « C’est bon que je suis tenace », dit-il. « Les choses sont plus difficiles. Je dois réfléchir et planifier avec grand soin ce que je vais faire. Ma main est toujours sensible, toujours froide. Si je grimpe une échelle ou travaille près des machines, je dois être très prudent pour l’utilisation de ma main; la force n’y est plus. » M. Cloutier a recherché d’autres programmes et l’assurance personnelle, mais aucun programme ni assurance n’existait qui pourrait l’aider à s’occuper de sa blessure à la ferme.

Ensuite il a vu un article sur AgriRetour.

« J’attendais ma femme et j’ai trouvé par hasard un article de journal sur le programme AgriRetour », explique-t-il. « J’ai pensé, génial, c’est intéressant! » Barry Cloutier explique qu’il a commencé à considérer la présentation d’une demande et le type de solution technique qui s’adapterait le mieux à sa blessure. M. Cloutier affronte plusieurs défis, n’ayant que deux doigts à la main dominante et devoir porter des seaux de cinq gallons est un des défis.

Ayant plus de 200 têtes de bétail, M. Cloutier dépendait d’une pelle et d’un seau pour nourrir ses animaux. « Je sors des seaux pendant six mois de l’année », explique-t-il. « J’avais besoin de quelque chose qui aiderait à soulager la pression et la douleur à ma main. »

Grâce au programme AgriRetour, M. Cloutier pouvait acheter un chariot pour aliments pour le bétail. Avec ce système de manutention des grains M. Cloutier peut nourrir son bétail plus efficacement et de façon plus sécuritaire, sans courir le risque de blesser davantage sa main.

Quand il parle du système de manutention des grains, il est enthousiaste. « J’aime son apparence; c’est une excellente idée. J’aime l’idée de ne pas avoir besoin de traîner ces fichus seaux. » Il a bien un problème avec le nouveau système de manutention des grains : « Il pourrait me donner l’envie d’être agriculteur plus longtemps », rit-il.

  1. Cloutier encourage les autres agriculteurs ayant subi une blessure traumatique à apprendre davantage sur le programme AgriRetour.« Présentez certainement une demande », dit-il.« Renseignez-vous mieux et utilisez-le pour quelque chose qui vous aidera et sera utile dans votre ferme. »

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme AgriRetour, veuillez visiter casa-acsa.ca, envoyer un courriel à agriretour@casa-acsa.ca ou composer le 1 877 452 2272.

L’Association canadienne de sécurité agricole est un organisme national sans but lucratif consacré à l’amélioration de la santé et sécurité des agriculteurs et de leurs familles et leurs travailleurs. L’ACSA est financée en partie par Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale, provinciale et territoriale, et reçoit un soutien supplémentaire des secteurs agricole et des entreprises. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez www.casa-acsa.ca, trouvez-nous sur Facebook ou LinkedIn ou suivez-nous sur Twitter @planfarmsafety.

À propos de Financement agricole Canada

FAC est le plus important prêteur à l’industrie agricole canadienne et possède un portefeuille de prêts de première qualité de plus de 27 milliards de dollars. Nos employés ont à cœur l’avenir de l’agriculture au Canada et le rôle de cette industrie qui devra subvenir aux besoins alimentaires d’une population mondiale toujours croissante. Nous offrons des solutions de financement souples et concurrentielles ainsi que des logiciels de gestion, de l’information et des connaissances spécialement conçus pour l’industrie agricole et agroalimentaire. Nos profits sont réinvestis dans l’industrie et dans les collectivités où vivent et travaillent nos clients et nos employés. Visitez fac.ca ou suivez-nous sur Facebook, LinkedIn et Twitter à @FACagriculture.

-30-

Pour de plus amples renseignements veuillez communiquer avec :

Robin Anderson, agente des communications
204-275-8870
randerson@casa-acsa.ca